Intro

Un mensonge, deux, trois mensonges... mentir un temps, mentir toute sa vie. Cacher ses sentiments, se raconter autre, essayer de se faufiler entre les questions et les regards. Voilà la vie de beaucoup. Les bouches mentent car les oreilles ne veulent pas entendre, ce que les yeux doivent pourtant bien voir. Les sentiments se voient, non?

L’amour est encore un sujet tabou en Tunisie. Surtout quand on est homosexuel. La société rejette et la loi punit. Alors il faut inventer une autre réalité pour éviter l’opprobre sociale et passer outre l’hypocrisie. Il faut mentir pour le confort de tous. Ou pour la paix de chacun. C’est selon.

Des Tunisiennes et des Tunisiens nous racontent nos mensonges. Ceux qu’ils ont dit à haute voix, pour que la pièce de théâtre que nous jouons continue, comme si de rien n’était. Une pièce dans laquelle l’amour est écrasé.

A bien y regarder, nous nous y retrouvons tous dans ces histoires. Car tout le monde a menti. Alors écoutons-les, écoutons-nous.